L’intérêt du crédit en contexte de crise

par Pierre

Afin de pouvoir nous acquitter financièrement de leurs obligations et de leurs différents paiements, nous devonsrecourir à l’emprunt, notamment en ces temps qui s’annoncent difficiles. Les revenus ne pouvant plus couvrir en totalité les habituelles et éventuelles dépenses, il se peut que nous nous retrouvont face à une dure réalité se manifestant à différents niveaux.

Faire face aux réalités économiques et financières

D’après les études menées par l’European Consumer Payment, plus de 30% de la population française n’a pu régler une ou plusieurs factures au cours de la dernière année, généralement à défaut de liquidités. Nous retrouvons principalement cette incapacité chez les personnes âgées de 18 à 24 ans, dont 57% seulement, se sont acquittés de leurs factures impayées en temps et en heures.

Honorer les engagements et exécuter les obligations

La crise financière et les difficultés qu’elle engendre contraignent les français à emprunter pour s’acquitter de leurs obligations journalières. Ceci dit, l’indépendance financière se fait rare au sein des ménages, un crédit bancaire s’avérant inéluctable. Une grande partie de la population active, soit 19% de la population comprise entre 18 er 24 ans et 22% de la population comprise entre 25 et 34 ans, s’avère avoir besoin d’une aide financière. Cette aide provient notamment de la famille à 40%, du crédit bancaire à 20%, des amis du concerné à 12 %, et d’une autre banque à 10%. Le crédit bancaire représente alors prés de 30 % des emprunts des français en temps de crise, le crédit étant indispensable pour continuer à honorer les engagements.

Gérer les imprévus

Les obligations ne sont pas les seules à solliciter le recours à l’emprunt, les imprévus et les difficultés incongrus augmentent le recours au crédit bancaire, et donc le taux d’emprunt. En effet plus de 30% de la population affirme ne pas pouvoir faire face à une situation imprévue, en raison de l’absence d’une épargne financière en dehors du budget imparti aux obligations.